Sauvage - Couverture du livre

Sauvage

Kristen Mullings

Une vieille flamme đŸŒ¶ïžđŸŒ¶ïžđŸŒ¶ïžđŸŒ¶ïž

RonnieOh mon Dieu
RonnieLes rumeurs sont-elles vraies ?
RonnieTu es vraiment...
SageVirée ?
SageYep.
Ronnie😧
Ronnie😡
RonnieWTF ?!?
RonnieQu'est-ce qui s'est passé ?
Sage...Longue histoire, Ronnie.
SageOn se retrouve aprĂšs le travail
SageLe travail pour toi en tout cas
RonnieJe suis tellement tellement tellement désolée Sage !
RonnieC'est vraiment la merde !
SageJe suppose que c'est ce que j'ai gagné à vouloir baiser le patron.

Sage

"Cet enfoiré !"

C'est tout ce que Ronnie n'arrĂȘtait pas de dire quand on s'est retrouvĂ©es au centre commercial. Le shopping Ă©tait l'un de nos passe-temps favoris. Et une bonne distraction de mon chaos.

Ne vous méprenez pas. J'ai accepté l'entiÚre responsabilité de mon comportement non professionnel, mais quel genre de fou donne à son employée un orgasme monstre, puis lui prend son travail ?

Putain de Heinrich...

Tu crois que tu peux te moquer de moi juste parce que tu as...

Des yeux charmants.

Un parfum irrésistible.

Le corps d'un dieu grec.

Une voix puissante.

Une queue massive.

Un style diabolique.

Un comportement cool.

Un "M" pour milliardaire aprĂšs ton nom de famille...

Putain ! Je devais trouver une salle de bain et changer de string. Maintenant que j'avais Mr. Heinrich en tĂȘte, j'avais commencĂ© Ă  en avoir de rechange.

"Cet enfoiré !" Ronnie a dit... encore une fois.

"Ron ! Tu as déjà enfoncé cette porte ouverte plusieurs fois. Dis-moi quelque chose que je ne sais pas."

"Eh bien... tu ne sais pas que je vais me marier, n'est-ce pas ?" m'a-t-elle demandé, lùchant une bombe.

"QUOI ?"

"Et je déménage à Londres."

"VRAIMENT ?"

"Ouais."

Ma mùchoire a touché le sol.

"Ma mÚre vient de signer l'accord pour mon mariage arrangé. Je vais retourner à Londres pour me marier et vivre avec mon mari, pour avoir les petits-enfants que j'aurais dû lui donner il y a des années, m'a-t-elle dit."

"Meuf, ta mĂšre est effrayante."

"Elle fait ressembler Dracula Ă  Big Bird," Ronnie est d'accord.

"Alors ? ! C'est qui lui ? C'est quoi ce bordel ? Comment j'ai pu ne pas le savoir ? Donne-moi le scoop."

"Tu te souviens de ce gars avec qui je t'ai dit que j'avais perdu ma virginité à Londres ?"

"L'arabe ?"

"Oui, je suis en quelque sorte fiancée à lui depuis que j'ai cinq ans. La seule chose qu'on a en commun, c'est qu'on parle le punjabi et qu'on a une soif inextinguible de sexe."

"Punjabi et sexe. Que te faut-il de plus ?" J'ai dit, en faisant le clown.

"Exactement."

Ronnie s'est penchĂ©e. "Je sais que ça semble stupide, mais ça ne l'est pas. AprĂšs que ma mĂšre m'ait annoncĂ© la nouvelle, j'ai rĂȘvĂ© de Rama et Sita qui me parlaient de l'importance de mon mariage. Au dĂ©but, je l'avais insultĂ©e, elle et les ancĂȘtres. Je suis une femme moderne. Je peux Ă©pouser qui je veux. Mais ensuite, j'ai rencontrĂ© Jav et..."

"Jav ? Il est hindou, lui aussi ?"

"Il est musulman, en fait. Je suppose que mes parents ont pensé que les opposés pouvaient s'attirer."

Connaissant la mÚre de Ronnie, ça ressemblait à une recette pour un désastre, mais j'ai haussé les épaules et je l'ai laissée continuer.

"Il n'est pas dévot ou quoi que ce soit, cependant. Je veux dire, je suis presque sûre qu'Allah ne tolérerait aucune des conneries qu'il m'a faites dans la chambre. Et tu devrais entendre la façon dont il parle..."

"Redis-moi ça ?" J'ai demandé en reniflant.

"Quand Jav me dit des trucs cochons, c'est comme si... je pouvais sentir la force de ses mots vibrer en moi, tirer sur mon clito avant mĂȘme qu'il ne le touche. C'est Ă©poustouflant. Si tous les hommes musulmans pouvaient faire ça, je pourrais me convertir."

"Jav, gentil Jav", j'ai dit, impressionnĂ©e. "Ça ne peut pas ĂȘtre son nom complet, hein ?"

"Ha. Essaie Oded Dastaan Javed Khan. Ce qui fera de moi... Mme Veronica Ophelia Khan. Tu parles d'une bouche pleine."

"Merde, Ronnie, quatre noms ? Ses parents ne l'aimaient pas ?"

Ronnie m'a jeté un regard noir.

"Ronnie et Jav !" Je me suis exclamĂ©e avec un sourire. "Ça sonne bien."

***

Nous sortions d'un magasin, les sacs remplis de robes et de chaussures à profusion, quand j'ai accidentellement heurté quelqu'un.

"AĂŻe ! Je suis dĂ©solĂ©e..." J'ai commencĂ© et me suis arrĂȘtĂ©e, surprise de voir qui c'Ă©tait.

Il s'est retourné et a levé un sourcil, en souriant.

Brandon Wong.

"Merde ! Qu'est-ce que tu fais ici, Wong ?"

Le gars Ă©tait asiatique, 1m80, et il Ă©tait super sexy. Oh, et nous avons eu une histoire au passage.

"Content de te voir aussi, Sage", il a ronronné.

J'ai toujours trouvé sa voix un peu trop efféminée à mon goût, mais sa carrure masculine compensait largement. En tout cas, c'était bon de voir un homme qui n'était pas mon ex-boss.

A cÎté de Wong se trouvait son ami Bobby. J'ai vu à la façon dont il regardait Ronnie de haut en bas qu'il était sur le point de la draguer.

Ronnie ne le sentait pas. Peut-ĂȘtre parce qu'elle Ă©tait nouvellement fiancĂ©e.

"Allons-y", a-t-elle dit.

Mais avant qu'elle puisse m'attraper, Wong a glissé son bras dans le mien et a commencé à marcher avec moi dans le quartier.

"Viens", a-t-il dit. "On peut rattraper le temps perdu trĂšs vite, n'est-ce pas, chĂ©rie ? Ça fait combien de temps ?"

"Je ne suis pas ta chérie. Et je n'ai pas compté les jours."

Il a posé une main sur ma taille et m'a attirée contre lui.

"Tu me manques. Ne fais pas comme si je ne te manquais pas."

Il a commencé à déplacer sa main vers mon cul et l'a serré fort. Je ne pouvais pas mentir...

J'étais excitée, et il le savait.

Nous avons été ensemble pendant la majorité de mes années de collÚge, et à l'époque, je ne pouvais pas me passer de lui. Il était ma drogue sexuelle, et j'étais accro.

On baisait partout oĂč il n'y avait personne, et j'aimais l'aventure et le cĂŽtĂ© bizarre de tout ça. Mais un jour, j'ai grandi et j'ai rĂ©alisĂ© que ce n'Ă©tait que du sexe et rien de plus. C'Ă©tait insatisfaisant, et il fallait que ça cesse.

Ce n'était pas facile d'y mettre fin, parce qu'on finissait toujours dans le lit de l'autre. J'ai donc décidé de m'éloigner de lui en coupant complÚtement les ponts.

J'ai changé de numéro, d'adresse et de travail.

Le travail que je venais de perdre.

Mais le fait d'ĂȘtre Ă  nouveau dans ses bras chauds, de me sentir vulnĂ©rable tandis que son Ă©rection frottait contre mon bas-ventre, affaiblissait ma dĂ©termination.

J'ai fermé les yeux. "Je ne peux pas."

J'ai poussé un peu sur sa poitrine et j'ai pris deux grandes respirations. Inspirer, expirer. Inspirer, expirer.

Il a attrapé mon poignet, l'a ramené vers ses lÚvres et a embrassé l'intérieur du poignet. Il savait que c'était mon point faible.

Ça marchait toujours.

"D'accord", ai-je chuchoté, en regardant par-dessus mon épaule Ronnie et Bobby. "Si on peut faire vite."

Nous étions à l'intérieur de Banana Republic et sur le point de nous faufiler dans une cabine d'essayage quand mon téléphone a sonné.

RonnieStp viens ici
RonnieCe fils de pute dégueulasse ne veut pas me lùcher.
SageRoh, Ronnie...
SageTu peux me donner 5 min ?
RonnieT'es sérieuse ?
RonniePourquoi toi et tous tes amis ĂȘtes si excitĂ©s ?
Sage😈
RonnieBien. Fais vite.
RonnieSalope.

Wong et moi n'avons pas perdu de temps. On a fait semblant de regarder les vĂȘtements. Puis, quand les employĂ©s ne regardaient pas, nous nous sommes faufilĂ©s dans une cabine d'essayage.

Mon Dieu, j'avais manqué ça.

Il a déchiré mon chemisier. Il l'a littéralement déchiré. Dieu merci, ce n'était pas un objet auquel je tenais.

Ses lÚvres se sont écrasées contre les miennes. Ses mains ont parcouru tout mon corps.

Nous n'avions pas le temps pour les préliminaires.

Il m'a soulevĂ©e contre le mur, a baissĂ© mon jean brutalement et s'est enfoncĂ© en moi. Il a gĂ©mi profondĂ©ment jusqu'Ă  ce que sa tĂȘte tombe en arriĂšre.

J'ai failli crier, et il a jeté une main sur ma bouche pour me faire taire. On ne voulait pas se faire prendre.

C'était un plaisir délicieux et douloureux. Je me suis accrochée à son dos, m'enfonçant profondément dans sa chair. Je sentais l'odeur métallique et piquante qui prouvait que je faisais couler le sang.

J'ai levé mes jambes et les ai enroulées autour de lui, lui donnant plus d'accÚs.

"Putain", c'est tout ce que je l'ai entendu murmurer.

Ses mouvements étaient durs, il s'est retiré de moi puis s'est enfoncé en moi la seconde suivante. S'enfouissant dans mes plis charnus.

Il gémissait alors que je gémissais. Il frappait mon clito quand il se pressait en moi.

"Baise-moi fort", je l'ai supplié à l'oreille.

Il est passé de la poussée au claquement, répondant à ma demande.

"Ne t'arrĂȘte pas !" J'ai dit, en criant Ă  moitiĂ© Ă  nouveau.

Ma libération était proche. Je le sentais. Wong a enfoui sa main droite dans mes cheveux noirs et a tiré. J'ai crié à nouveau, cette fois à gorge déployée, sans me soucier de qui pouvait entendre, tandis que mon dos se cambrait, l'enfonçant encore plus profondément en moi et que les muscles de ma chatte se resserraient encore plus autour de lui.

J'ai commencé à trembler alors que mon orgasme prenait le dessus.

Puis c'est arrivé. Avec un grognement, j'ai senti la bite de Wong grandir un peu en moi jusqu'à ce qu'il se libÚre, baignant le fond de mon vagin de son sperme chaud.

Son mouvement a ralenti jusqu'Ă  s'arrĂȘter complĂštement.

Il m'a fait descendre. Nous avons tous les deux rapidement remonté nos pantalons et, aprÚs avoir vérifié le miroir, nous sommes sortis de la cabine d'essayage.

Tout le monde dans le magasin nous regardait.

Avec un rire partagé, nous avons couru aussi vite que nos pieds pouvaient nous porter, encore sous l'emprise de l'orgasme.

C'Ă©tait exactement ce dont j'avais besoin - prendre mon pied et me libĂ©rer de l'esprit de Mr. Heinrich en mĂȘme temps.

Qui sait ? Peut-ĂȘtre reverrais-je Wong...

***

A la fin de la semaine, je me sentais détendue, rafraßchie et rajeunie. J'avais raconté à Ronnie le détail de ma promenade sexuelle dans le passé avec Wong.

Et bien qu'elle ait été amusée, je pense qu'elle était surtout préoccupée par ce que j'allais faire ensuite. Maintenant que je n'avais plus de travail, bien sûr.

Ici et là, l'image de Mr. Heinrich envahissait mon esprit. Ses yeux bleus perçants, son accent allemand, la sensation de ses doigts en moi.

MĂȘme si nous n'avions pas baisĂ©, c'Ă©tait quand mĂȘme plus mĂ©morable que le plaisir que j'avais eu avec Wong.

Mais j'avais besoin de m'en débarrasser.

Aujourd'hui Ă©tait un tout nouveau jour.

J'avais un entretien, et j'Ă©tais prĂȘte pour ça. La nouvelle entreprise m'avait appelĂ©e dĂšs que j'avais Ă©tĂ© licenciĂ©e.

Je suppose que quelqu'un lĂ -bas avait glissĂ© un mot en ma faveur. Maintenant, j'avais l'impression de pouvoir reprendre lĂ  oĂč je m'Ă©tais arrĂȘtĂ©e, en me plongeant dans le travail.

Je portais une des petites robes noires de bon goût que j'avais achetées avec Ronnie. Je suis passée chez Wong pour un autre coup rapide - pour la chance - puis je me suis précipitée pour manger un morceau. J'avais deux heures pour me préparer à l'entretien.

Par chance, il y avait un café au coin de la rue du nouveau cabinet, alors je m'y suis assise.

C'est là que je l'ai vu. Entrant dans le café comme s'il savait que je serais là, c'était mon ex-patron. Mr. Heinrich.

What.

The.

Fuck.

J'ai rapidement essayé de brandir mon menu pour cacher mon visage, mais ça n'a servi à rien.

Une chaise a glissé et j'ai entendu quelqu'un s'asseoir en face de moi. Sachant exactement qui c'était, j'ai baissé le menu.

Il avait le mĂȘme sourire suffisant sur son visage, ce qui le rendait encore plus sexy.

Mais je n'allais pas ĂȘtre excitĂ©e maintenant. Pas par l'homme qui m'avait virĂ©e, vous plaisantez ? Pas quand j'Ă©tais sur le point de passer l'entretien de ma vie.

Mais avant que je puisse l'arrĂȘter, Mr. Heinrich a attrapĂ© ma main et l'a embrassĂ©e. Le culot de cet homme.

"Guten Morgen, Sage," a-t-il dit. "Ça fait trop longtemps."

Je ne savais pas quoi dire. Je ne savais pas comment m'Ă©loigner de lui. Tout ce que je savais Ă  ce moment-lĂ , c'est que je dĂ©testais cet homme de toutes les fibres de mon ĂȘtre.

En retirant ma main, j'ai dĂ©cidĂ© d'utiliser le mĂȘme mot qui m'avait fait virer en premier lieu.

"Guten allez vous faire foutre, Mr. Heinrich."

Mais comme son sourire s'élargissait, je savais que ça ne me sortirait pas de là si facilement.

Chapitre suivant
Noté 4.4 de 5 sur l'App Store
82.5K Ratings
Galatea logo

Lecture illimitée, expériences immersives.

Facebook de GalateaInstagram de GalateaTikTok de Galatea